vendredi 20 novembre 2015

Il fallait leur en parler ; expliquer l’inexplicable à 27 loupiots.


Samedi matin. 9 heures. Douze après les attentats.  Il a fallu en parler avec les élèves. Raconter, résumer, écouter, répondre, rétablir la vérité, éviter les confusions et les amalgames et rassurer malgré tout.


Comme tout enseignant, j’avais déjà dû répondre à des questions délicates que les enfants n’osent pas poser à leurs parents : le divorce, la maladie, la mort, la guerre mais ailleurs et dans un autre temps.
De nombreux parents n’en n’ont pas ou très peu parlé. Pour protéger, parce que c’est difficile, douloureux. 

Quelques pistes pour aborder le sujet : 
http://www.playbacpresse.fr/ en bas de la page : le Petit JT de LCI : les attentats expliqués aux enfants et des réponses à de nombreuses questions.



Le mot de la fin : R. 9 ans : «  Mais, si il faut rester enfermé dans sa maison parce qu’on a peur, ça vaut plus la peine de vivre ! ». CQFD.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire